Lydec mobilisée pour la Journée Mondiale de l’Environnement

Acteur clé de la métropole de par la nature de ses métiers et son ancrage territorial, Lydec place l’ensemble de ses actions dans une logique de développement durable. L’entreprise veille à ce que ses projets et activités soient respectueux de l’environnement et responsables sur les plans économique et social. La finalité est de contribuer à l’amélioration du cadre de vie des habitants de la région du Grand Casablanca.

Le développement durable au cœur des métiers

Lydec accompagne l’extension urbaine de la métropole et sa croissance galopante et veille à la protection de l’environnement et à la maîtrise des ressources, conformément aux enjeux nationaux de développement durable. A fin 2013, avec des investissements en hausse de près de 37% par rapport à l’année précédente, la Gestion Déléguée aura investi, depuis 1997, près de 15 milliards de DH. Érigé en priorité depuis le démarrage du contrat, l’assainissement liquide représente près de 40% du total des montants investis.

• Dépolluer le littoral et les milieux récepteurs

La protection de l’environnement constitue l’un des principaux défis urbains pour la prochaine décennie. Le métier de l’assainissement liquide occupe, à ce titre, le 1er rang des investissements de Lydec. Les principaux ouvrages réalisés dans ce sens par l’entreprise portent sur la construction d’une Station d’épuration des eaux usées à Médiouna et le transfert des eaux usées de la commune de Dar Bouazza vers la station de prétraitement d’El Hank. Aujourd’hui, un chantier d’envergure, dont l’objectif est de lutter contre la pollution de la côte Est de la métropole, est en cours. D’un investissement de plus de 1,4 milliard de DH, le système sera achevé fin 2014, permettant ainsi de préserver l’environnement et le littoral: le taux d’assainissement de la région du Grand Casablanca atteindra alors 100%.

• Préserver la ressource en eau

Lydec déploie une stratégie intégrée de recherche de fuites s’appuyant sur des techniques innovantes. Ainsi, plus de 20.000 fuites ont détectées et réparées en 2013. Ce qui a permis d’économiser environ 36 millions de m3 d’eau potable par rapport à 1997, soit le volume nécessaire à plus d’un million d’habitants.

• Lutter contre les pertes d’énergie

Parmi les actions phares menées par Lydec en matière de lutte contre les pertes d’énergie figurent:
Eclairage public: L’installation de dispositifs d’efficacité énergétique: acquisition de matériel à haut rendement énergétique, pose de 12 stabilisateurs de tension dont l’objectif est de réduire la consommation de 30% après minuit et de nouvelles lampes économiques de 36 watts, en remplacement des lampes de 150 watts.
Electricité: La poursuite du programme pluriannuel de changement de tension de 5,5 kV en 20 kV, permettant de réduire les pertes d’énergie et le ciblage des actions grâce à la sectorisation électrique…

Une journée portes ouvertes au profit des associations de quartier
A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Environnement (*), Lydec a ouvert ses portes, le 5 juin, à une cinquantaine d’associations de quartier et les a invitées à découvrir trois de ses plus grands ouvrages. Les participants à cette journée portes ouvertes, représentant les différents arrondissements du Grand Casablanca, ont pu visiter:

• La Station de prétraitement des eaux usées d’El Hank

La station assure le prétraitement de 45% des eaux usées du Grand Casablanca dont la majeure partie provient de la zone ouest de Casablanca. Elle est composée d’un poste de prétraitement et de pompage et d’un émissaire marin. Ce qui permet à cette zone d’avoir des eaux de baignade de bonne qualité répondant aux normes en vigueur. En effet, grâce à ce système de dépollution, la plage d’Aïn Diab a pu obtenir le pavillon bleu.

• La Station d’épuration des eaux usées de Médiouna

C’est la première station nord-africaine à être dotée d’un process combinant le procédé des boues activées et la technologie membranaire. Cette technique permet d’obtenir une qualité de filtrage supérieure au traitement classique, et les eaux usées traitées de Médiouna peuvent ainsi être réutilisées dans l’irrigation agricole.

• Le chantier du Système Anti-Pollution du littoral Est du Grand Casablanca

Lancé en juin 2011, le projet du SAP du littoral Est de la métropole représente le plus grand investissement de Lydec. Il consiste à intercepter les rejets directs d’eaux usées, situés entre le port de Casablanca et la ville de Mohammedia, de les prétraiter et de les écouler à travers un émissaire marin à Sidi Bernoussi d’une longueur de 2,2 km. Sa mise en service est prévue en décembre 2014. Ce qui devrait porter le taux d’assainissement liquide à 100%.

Une opération de plantation de plantes, d’arbres et d’arbustes dans trois sites
En marge de ces visites, Lydec a également lancé une importante opération de plantation d’environ 8.000 plantes, arbres et arbustes. Initiée en partenariat avec la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement et le Conseil de la ville de Casablanca, cette action cible trois sites, à savoir: la Place Nevada (15.000 m²), le jardin devant le zoo d’Aïn Sebaâ (8.000 m²) et le jardin Azhare à Sidi Bernoussi (8.000 m²).
Pour rappel, l’opération s’inscrit dans le cadre de la compensation carbone du 7e Congrès WEEC (World Environmental Education Congress), tenu en juin 2013, et à l’issue duquel Lydec s’était engagée à prendre en charge une opération de plantation sur le territoire de Casablanca.

Boulevard Laymoune: Un projet exemplaire d’aménagement paysager

Afin de sécuriser la conduite d’eau potable d’Oum Er Rbia, située sous le refuge du boulevard Laymoune et qui alimente la zone centrale ouest de Casablanca (Dar Bouazza, Hay Hassani, Lissasfa, etc.), Lydec a lancé, en février 2014, un projet d’aménagement paysager de ce boulevard.

Le projet, dont les travaux se déroulent aujourd’hui en deux phases, consiste en:
L’aménagement paysager le long du boulevard Laymoune, sur une longueur de 1.700 mètres linéaires, à travers: l’élargissement de la chaussée, le renforcement du réseau d’éclairage public et la création d’espaces verts (sur une surface de 3,4 ha) et de passages piétons ;
La sécurisation de la conduite existante, l’aménagement et l’élargissement de la voie publique entre l’avenue de Tétouan et la route de Marrakech, à travers: la mise en place d’une dalle de protection (longueur de 30 mètres linéaires et une largeur de 8 mètres linéaires) sur la conduite et l’ouverture d’une liaison carrossable.

L’opération permettra de:
• Embellir le boulevard Laymoune et donner une nouvelle vie aux quartiers avoisinants
• Faciliter la traversée de la voie publique
• Sécuriser la conduite d’eau potable d’Oum Er Rbia, en mettant fin au stationnement des véhicules au-dessus de la conduite
• Mettra fin à l’utilisation abusive du refuge (séparant la chaussée) comme dépôt de déblais et de déchets
• Mettre fin à la prolifération de plantes sauvages

(*) : Initiée par l’ONU et célébrée pour la première fois en 1972, la Journée Mondiale de l’Environnement a lieu chaque année, le 5 juin. Cet événement est l’occasion de stimuler la conscience environnementale mondiale et inciter à la préservation de la biodiversité et à la protection des milieux et des ressources. 2014 ayant été désignée «Année internationale des petits Etats insulaires en développement», cette nouvelle édition intitulée «Elevez votre voix, pas le niveau de la mer» met à l’honneur les îles et les milieux marins. L’occasion de souligner leur vulnérabilité face aux changements climatiques.

Ce contenu a été publié dans Développement durable, Notre actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.