La Journée Mondiale des villes – 31 octobre 2018
« Construire des villes durables et résilientes »

Contexte et défis

La Journée Mondiale des villes est l’occasion de promouvoir des solutions répondant aux défis posés par l’urbanisation et contribuant ainsi à une urbanisation durable dans le monde.
La Journée Mondial des villes a été décrétée par une résolution de l’Assemblée Générale des Nations unies le 27 décembre 2013.
Le thème général de la Journée Mondiale des villes est « Meilleure Ville, Meilleure vie » avec chaque année une sous-thématique mise en avant pour répondre à un enjeu spécifique résultant de l’urbanisation.
Le thème choisi pour l’édition 2018 est « Construire des villes durables et résilientes ».
Comme le rappelle le Secrétaire Général des Nations Unies, M. Antonio Guterres, dans son message adressé à cette occasion : « Chaque semaine, 1,4 million de personnes s’installent en ville. Cette urbanisation effrénée peut mettre à rude épreuve les capacités des collectivités, les rendant plus vulnérables aux catastrophes dues à l’homme ou à la nature. […] La solution, c’est de renforcer la résilience.”

Chiffres clés
– 55% de la population mondiale vit dans des villes et en 2050 plus de 68% de la population sera urbaine.
– Durant les 20 dernières années, les catastrophes naturelles liées aux effets du changement climatique et à la géophysique (comme les tremblements de terre et les tsunamis) ont coûté la vie à 1,3 million de personnes et impacté plus de 4,4 milliards de personnes soit par des blessures, la perte de leur habitation, des mouvements de populations ou encore la nécessité de recourir à une aide humanitaire d’urgence.
– La Banque Mondiale a calculé que le coût réel de ces catastrophes sur l’économie mondiale est de 520 milliards de dollars chaque année. Les effets du changement climatique à eux seuls pourraient plonger 77 millions de personnes dans la pauvreté.

Réussir la transition vers des villes durables

A l’heure où le Maroc doit intégrer les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies dans ses politiques publiques, et dans le cadre de l’ODD 11 : « Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables », le Conseil Economique, Social et Environnemental du Maroc a publié en décembre 2017 un rapport sur « Réussir la transition vers des villes durables ».

Dans ce cadre, l’un des axes soulignés dans ce cadre est le besoin de renforcer la résilience des villes à travers une plus grande anticipation, le renforcement des mesures d’adaptation au changement climatique et/ou d’atténuation de ses effets ainsi que la préparation aux chocs et aux perturbations économiques et aux évolutions sociales.

Développer les villes-ressources

Pour répondre à ce défi, il est essentiel d’être partenaire de tous les acteurs de la ville. C’est pourquoi SUEZ souhaite présenter la ville-ressource, expliquer son fonctionnement, mais aussi la manière dont chaque citoyen peut y contribuer. A travers de nombreux nouveaux services développés, les citoyens peuvent devenir acteurs de cette transformation par une approche collaborative.

Qu’est-ce qu’une ville-ressource ?
Une ville-ressource est une ville faite par et pour ses habitants.
Elle s’inscrit dans un modèle d’économie circulaire où chacun a un rôle à jouer. (Citoyens-représentants élus-entreprises)
L’objectif est de veiller à l’attractivité du territoire en répondant aux attentes des citoyens et en élaborant des solutions innovantes et durables au service de l’action publique.

Contribuons tous au développement durable du Grand Casablanca

Parce que nos métiers sont structurants pour le développement durable de l’agglomération du Grand Casablanca, notre entreprise se mobilise afin de :
• Contribuer à l’attractivité du territoire du Grand Casablanca
• Innover pour développer des solutions adaptées aux enjeux de la Ville de demain

Focus sur l’apport des métiers électricité et éclairage public dans ce cadre :

Accélération du développement du réseau électricité

En 2017, Lydec a maintenu sa dynamique de développement et d’accompagnement de la croissance du Grand Casablanca.
A cet effet, près de 172 km de réseaux Moyenne tension (MT) et Basse tension (BT) ont été posés au cours de l’année. 65 km de câbles MT ont notamment été mis en service dans le cadre de plusieurs projets de renouvellement et d’extension du réseau
Enfin et à l’instar de l’année précédente, Lydec a accompagné le développement de la ville en poursuivant le raccordement au réseau électrique de grands projets urbains tels que la nouvelle ville de Zenata ou encore le nouveau centre urbain de Casa-Anfa.

Sécurisation renforcée de l’alimentation de Grands clients et des zones industrielles
Lydec a poursuivi en 2017 son plan d’action anti-risque d’inondation, avec notamment l’installation de cellules étanches dans 75 postes de distribution publique et dans les nouveaux postes clients, et l’ajout de 45 pompes submersibles au niveau des postes inondables, afin de maîtriser le risque de coupure en cas de fortes pluies.
En parallèle, et afin d’optimiser le temps de rétablissement des grands clients en cas de coupure électrique due à un incident sur le réseau, Lydec a installé plusieurs télécommandes dans des postes clients.

Retour d’expérience projets COP22

A l’occasion de l’accueil de la COP22 par le Maroc, Lydec a lancé un plan d’action visant à renforcer sa contribution aux enjeux liés au changement climatique. Dans ce cadre, Lydec a mis en œuvre, en étroite collaboration avec l’Autorité Délégante, 7 projets innovants dédiés à l’éclairage public, avec une enveloppe budgétaire de plus de 20 millions de Dhs.
La matérialisation de ces projets, a permis de réaliser une économie d’énergie globale sur les trois premiers trimestres de 2017 évaluée à 1 092 000 kWh soit un taux de 39.57% par rapport à la consommation initiale qui est estimée à 2 759 000 kWh.

L’innovation sociale au service du développement durable du Grand Casablanca

Le déploiement de passerelles entre le monde de la recherche et celui de l’entreprise est un vecteur puissant d’innovation sociale permettant de co-construire des solutions innovantes et adaptées aux enjeux de la Ville de demain.
Dans ce cadre, Lydec a signé fin juin 2018 un partenariat avec Economia, HEM Research Center sur le thème de la Ville durable.
Le partenariat défini porte sur les thématiques du développement durable et de l’innovation et ce, dans le but de co-construire des solutions au profit du développement durable du Grand Casablanca et ce autour de deux projets :
– la Création d’un « Observatoire de l’Innovation Sociétale », dont la vocation est de produire des indicateurs généraux sur les innovations sociales au Maroc : compilation d’études existantes, études terrain… .
– La Mise en place d’ un « City lab »sur le thème de la transition vers une ville durable visant à créer un écosystème d’innovation collectif avec les parties prenantes de Lydec, permettant de définir et de mettre en œuvre des solutions structurantes et pérennes autour d’enjeux communs au développement urbain durable du Grand Casablanca.
En effet, comme le rappelle Jean-Pascal Darriet, Directeur Général de Lydec : « Nous sommes persuadés à Lydec que l’un des vecteurs clés de la transition durable du Grand Casablanca sera notre capacité à nous mobiliser ensemble en faveur de ce projet commun qu’est le développement durable du Grand Casablanca, et que ce n’est qu’en mutualisant nos expertises et nos réflexions que nous pourrons réaliser la Ville durable de demain. »

Ce contenu a été publié dans Développement durable, Notre actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.