La « Culture sécurité » : un enjeu stratégique au sein de Lydec

« Quelles démarches pour réussir la mise en œuvre d’un programme SST ? »

La CGEM Rabat-Salé-Kenitra, en partenariat avec l’Université Ibn Tofail, a organisé une rencontre d’information, de sensibilisation et de partage d’expérience le 24 octobre 2019 à l’Université Ibn Tofail. L’événement a réuni des experts de la sécurité issus d’entreprises reconnues pour leur expertise en matière de Santé et Sécurité au Travail (SST).

Sollicitée à l’occasion de ce séminaire, Salma EL MAJATY, Directrice Prévention Sécurité au sein de Lydec est intervenue afin d’apporter des éléments de réponses aux questions suivantes : comment s’y prendre pour maîtriser les risques de la SST ? Quelles sont les principaux freins à la prise de conscience effective et à l’engagement des parties prenantes ? Quelles sont les démarches pour la mise en œuvre d’un programme SST ?

La « Culture sécurité » : un enjeu stratégique au sein de Lydec

Lydec s’engage dans une démarche de « Culture sécurité » décliné en 3 projets stratégiques : promouvoir la « culture juste » dans la sécurité, mettre en conformité les activités, les sites et les parties prenantes de l’entreprise et sensibiliser à la sécurité routière et la mobilité en sécurité.

La culture juste est un climat de confiance qui incite (voire qui récompense) les collaborateurs à fournir des renseignements essentiels liés à la sécurité, et qui établit une ligne de démarcation claire entre le comportement acceptable et le comportement inacceptable. L’entreprise se mobilise pour ancrer la culture sécurité, en passant d’une « sécurité réglée » à une « sécurité gérée ». Il s’agit ici de déployer les principes de la culture juste à tous les niveaux, afin de garantir la mobilisation permanente de toutes les parties prenantes, en intervention, en déplacement et sur site.

Les points forts de Lydec :
– Une charte co-signée par la Direction Générale et les Partenaires Sociaux traduit l’engagement de toutes les parties prenantes pour le déploiement des principes de la culture juste.
– Un process déployé à tous les niveaux définit les différentes étapes d’une remontée d’information élargie, permettant le partage et la valorisation des bonnes pratiques.
– Une auto-évaluation est réalisée sur la base d’une enquête terrain, pour évaluer les perceptions des managers et des agents terrains.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *