A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau, Lydec ouvre ses portes à la Caravane de l’Eau

Entreprise ouverte sur son environnement, Lydec poursuit les échanges avec ses partenaires pour renforcer ses relations de proximité notamment avec le tissu associatif et les acteurs de la société civile.

Dans ce cadre, Lydec organise à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau qui sera célébrée cette année sous le thème « l’Année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau », une visite des ouvrages du cycle de l’eau au profit du réseau d’associations de Casablanca pour l’environnement et le développement durable.

Le programme de cet événement prévoit une visite de trois sites relatifs au cycle de l’eau : le réservoir d’eau potable de Médiouna, le laboratoire d’analyse des eaux «Labelma» et le chantier du système Antipollution du littoral Est de Casablanca.

Les sources de l’eau distribuée dans la région du Grand Casablanca

L’eau distribuée dans le Grand Casablanca provient de deux sources principales :

• Les barrages Daourat et Sidi Saïd Mâachou situés sur la rivière d’Oum Er Rbia ;

• Le barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah situé sur la rivière du Bouregreg.

L’eau retenue dans les barrages passe par des usines de traitement afin de devenir potable.

Ce processus comporte plusieurs étapes qui sont assurées par les producteurs d’eau potable ONEP

et SEOER (dégrillage, décantation, filtration, désinfection).

Cette eau effectue un long parcours durant son cycle de vie. Elle est puisée, traitée, consommée, puis prétraitée avant son rejet dans l’océan.

Un contrôle continu de la qualité

Distribuer une eau potable aux habitants du grand Casablanca fait partie des missions fondamentales de Lydec. C’est pourquoi la conformité de l’eau à l’entrée et à la sortie des réservoirs est surveillée 24H/24 et 7J/7, à partir du Bureau Central de Conduite. Des paramètres tels que la turbidité, le chlore et la température sont notamment contrôlés en temps réel. La surveillance concerne également tout le réseau de distribution : l’analyse d’échantillons est effectuée quotidiennement grâce à 167 points de prélèvement répartis sur l’ensemble de la Wilaya du Grand Casablanca.

En 2012, le laboratoire de contrôle de Lydec a réalisé près de 74 000 analyses bactériologiques et physico-chimiques, les exigences légales marocaines étant fixées à 35 000 analyses par an.

La qualité de l’eau produite par l’ONEP et la SEOER, et distribuée par Lydec, est totalement conforme aux normes sanitaires en vigueur au Maroc : NM 03-7-001 (qui définit les paramètres de qualité à contrôler) et NM 03-7-002 (qui définit les conditions de contrôle et les fréquences d’échantillonnage).

A noter que Lydec a mis en service en janvier 2012 son nouveau laboratoire d’analyses des eaux : Labelma, et ce, afin de renforcer son dispositif de contrôle. Conçu selon les standards internationaux, Labelma réunit des techniciens expérimentés, qui effectuent des contrôles rigoureux.

Les caractéristiques de l’eau et le changement de goût

L’eau est un produit de la terre. Lors de son périple dans la nature, l’eau s’enrichit en oligo-éléments et en sels minéraux. Ainsi, ses qualités gustatives varient en fonction des saisons et de la propriété des roches et des sols qu’elle rencontre. Par ailleurs, on pourrait ressentir le goût du chlore, ajouté en faible quantité pour la désinfection. Il garantit la qualité bactériologique de l’eau durant son transport dans les conduites jusqu’au robinet. Ainsi, l’eau distribuée dans le Grand Casablanca est totalement conforme aux normes sanitaires en vigueur. En effet, les résultats des analyses attestent que l’eau du robinet est parfaitement potable en tout point du réseau et peut donc être bue en toute sérénité et sans aucun traitement additionnel (filtres, adoucisseurs…).

Préserver la ressource en eau

Dans le cadre de son engagement en faveur du développement durable, Lydec s’engage à lutter en permanence contre le gaspillage des ressources et à sécuriser l’alimentation en eau potable.

Ainsi, afin d’économiser l’eau, Lydec recherche sans cesse les fuites sur le réseau de distribution. Grâce à une stratégie intégrée et des technologies innovantes pour la détection et la réparation de fuites d’eau, aussi bien sur le réseau desservant les habitations qu’au niveau des branchements et des compteurs, Lydec a pu économiser l’équivalent de 33 millions de m3 d’eau par an.

Et pour préserver la ressource en eau, Lydec s’est fortement engagée dans un plan de maîtrise des pressions de distribution à travers leur régulation selon la demande, ainsi que le renouvellement optimisé des installations grâce à son expertise dans le diagnostic structurel des réseaux d’eau potable et grâce au développement d’outils d’analyse cartographique performants, en plus du renouvellement des compteurs et de la lutte contre les branchements illégaux.

En 2012, environ 23 000 fuites sur les branchements et compteurs clients et près de 1 300 fuites sur canalisations ont été identifiées et réparées. En complément de ces actions, Lydec mène une stratégie de recherche de fuites, appelée «sectorisation périodique», l’entreprise fait ainsi figure d’exemple en la matière à l’échelle mondiale.

Contribuer à sensibiliser à la préservation des ressources

Au-delà de sa mission fondamentale d’apporter des services essentiels aux habitants, Lydec poursuit son engagement auprès des jeunes générations. En effet, l’Espace Lydec abrite régulièrement un cycle d’expositions pédagogiques et artistiques avec pour objectif de sensibiliser le grand public au respect de l’environnement et à la préservation des ressources. Lydec communique également de façon continue et directement avec les établissements scolaires et les associations afin de faire connaître les enjeux de la préservation de l’eau.

Ensemble, préservons l’eau pour les générations futures !

En adoptant quelques gestes, nous pouvons préserver l’eau pour les générations futures :

• Je prends une douche rapide plutôt qu’un bain : je consomme ainsi entre 25 et 100 litres d’eau au lieu de 250 litres ;

• Je veille à couper l’eau pendant que je me savonne ou que je me brosse les dents ;

• J’économise l’eau quand je fais la vaisselle : je remplis une bassine d’eau et je lave la vaisselle du moins sale vers le plus sale ;

• Je répare les fuites d’eau : un robinet qui fuit peut être à l’origine d’un gaspillage de 120 litres d’eau potable par jour, et une chasse d’eau qui fuit peut en faire gaspiller 600 litres par jour ;

• Je préserve l’eau de la pollution : dans les égouts ou dans la nature, je ne déverse pas de produits chimiques nuisibles à la qualité de l’eau (solvants, détergents, médicaments, huiles de vidange…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *