Lydec poursuit son engagement et ses actions en faveur de l’environnement – Vous & Lydec

Lydec poursuit son engagement et ses actions en faveur de l’environnement

Contexte et objectifs

La Journée mondiale de l’environnement, initiée par l’Organisation des Nations Unies (ONU), permet la sensibilisation des populations à la protection et l’amélioration de l’environnement.

La protection de l’environnement est un enjeu à relier aux Objectifs de Développement Durable (ODD) définis par l’ONU, et notamment :

•   Objectif 12 : « Établir des modes de consommation et de production durables »

•   Objectif 13 : « Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions »

•   Objectif 15 : « Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité »

En matière d’environnement et de développement durable, le Maroc a adopté en juillet 2017 sa Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD), pour affirmer sa volonté de contribution à la réalisation des ODD.

Les activités de Lydec étant naturellement liées à la protection de l’environnement, l’entreprise positionne les enjeux environnementaux au cœur de sa stratégie depuis le démarrage de ses activités en 1997. Aujourd’hui, la Feuille de route Développement Durable 2030 (FRDD 2030) de Lydec est adossée à des référentiels nationaux et internationaux (ODD, SNDD), tient compte des objectifs des visions territoriales (Plan d’action communal de Casablanca, Plan de Développement du Grand-Casablanca, etc.), et constitue également une contribution à la Feuille de Route Développement Durable 2017-2021 du Groupe SUEZ.

Lydec a ainsi intégré les enjeux environnementaux au sein de sa FRDD 2030, notamment via l’engagement n°1 « Contribuer à une urbanisation durable du Grand Casablanca » et l’engagement n°3 « Agir en faveur de la gestion durable des ressources naturelles dans un contexte de changement climatique », et les objectifs stratégiques associés. Lydec a également réalisé son premier Bilan Carbone® en 2016 afin d’élaborer un plan d’actions changement climatique articulé autour de 3 enjeux prioritaires (l’eau, l’énergie, l’océan) et de définir 3 engagements climat à horizon 2020, liés à l’exercice de ses métiers.

Lydec est également membre fondateur de la coalition marocaine pour l’eau (COALMA), annoncée en 2016 en amont de la COP22 de Marrakech. La gestion durable de la ressource en eau est un enjeu prioritaire compte tenu du stress hydrique touchant le Maroc, phénomène aggravé par le changement climatique. COALMA est aujourd’hui une structure multi-acteurs fédérant les expertises nationales et internationales, et un espace de concertation entre les différentes parties prenantes dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. Son objectif est de mettre en place une gouvernance s’appuyant sur les partenariats public-privé, à même d’assurer une gestion intégrée et durable de la ressource en eau et de valoriser et promouvoir l’expertise marocaine dans ce domaine.

Par ailleurs, dans le cadre de son plan stratégique Shaping SUEZ 2030, le Groupe SUEZ ambitionne de devenir le leader mondial des services à l’environnement et fait de la passion pour l’environnement une valeur clé, également ancrée dans sa raison d’être. C’est également dans ce cadre que SUEZ a défini 3 nouveaux engagements climat à horizon 2030 en cohérence avec la trajectoire des « 1,5°C » recommandée par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

La biodiversité, thème de la Journée mondiale de l’environnement 2020.

L’année 2020 était annoncée comme une année incontournable en matière de biodiversité, avec notamment plusieurs rendez-vous internationaux autour de cette thématique tels que le Congrès mondial de la nature de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) initialement prévu en juin ou la Conférence de l’ONU sur la biodiversité – « Convention sur la diversité biologique COP 15 » – initialement prévue en octobre. Cependant, en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie mondiale de COVID-19, ces événements ont été reportés à plus tard (probablement à janvier 2021). De plus, le contexte actuel interroge de plus en plus la communauté internationale sur le lien entre dégradation de l’environnement et des écosystèmes, changements climatiques, perte de biodiversité et propagation accrue de virus.

L’enjeu biodiversité fait partie intégrante de la Feuille de Route Développement Durable 2017-2021 de SUEZ (engagement n°14 : « promouvoir la biodiversité et les services écosystémiques »), et du plan stratégique Shaping SUEZ 2030 : le Groupe souhaite avoir un impact positif sur le capital naturel de la planète. SUEZ est également partie prenante de l’initiative Act4Nature France, et s’inscrit dans l’initiative Act4Nature International animée par Entreprises pour l’environnement (EpE), en lien avec la coalition Business for Nature portée par le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD). Dans ce cadre, le renouvellement des engagements de SUEZ est en cours, avec l’implication de l’ensemble de ses filiales, dont Lydec.

Principales initiatives de Lydec en faveur de la protection de l’environnement.

Lydec place la performance environnementale au cœur de sa stratégie, par la mise en place d’un système de management environnemental (SME) et par la certification ISO 14001 de ses stations de prétraitement des eaux usées El Hank et Eaucéan, sa station d’épuration des eaux usées (Step) de Médiouna, et ses postes sources électriques de Dar Bouazza et Sidi Othmane.

En 2019, Lydec est également devenue la première entreprise au niveau national à être certifiée selon la norme ISO 50001 version 2018 pour son Système de Management de l’Énergie et la performance énergétique de son activité éclairage public. En 2019, Lydec a conforté son engagement vers l’efficacité énergétique en déployant progressivement l’une des orientations du Schéma Directeur d’Aménagement Lumière (SDAL) de Casablanca, à savoir la généralisation de la technologie LED.

De plus, Lydec lutte au quotidien contre les pertes d’énergie et les fuites d’eau potable sur ses réseaux de distribution par leur renouvellement, leur maintenance, leur renforcement et l’amélioration de leur performance, notamment via la mobilisation des équipes terrain et la mise en place de systèmes intelligents de suivi des données, de recherche de fuites (ex. Aquadvanced), etc.

S’il est essentiel de minimiser la perte de l’eau potable, il est également crucial de pouvoir traiter les eaux usées afin d’éviter le rejet de polluants dans l’environnement naturel. Lydec mobilise ainsi ses collaborateurs pour s’assurer que ses sites soient à même de traiter les eaux efficacement tout en évitant de déverser des rejets et déchets dans l’environnement. Cela vaut pour les Step de Médiouna et Nouaceur, et les stations de prétraitement El Hank et Eaucéan. Dans ce domaine, les collaborateurs font également preuve d’innovation en développant des solutions telles que :

•    La micro-station d’épuration qui permet de traiter les eaux usées dans les zones dépourvues d’infrastructures d’assainissement grâce à un procédé à « boue activée », et dont les eaux traitées sont réutilisées pour l’arrosage des espaces verts ;

•     Le « grappin hydraulique », un appareil hydromécanique qui permet d’extraire les déchets du fond des bâches au niveau des stations d’assainissement (curage) sans les arrêter, évitant ainsi le rejet des eaux usées en milieu naturel.

Lydec investit également dans la réalisation de projets structurants permettant de lutter contre les inondations, risque naturel et environnemental majeur sur son territoire d’ancrage, et les débordements des réseaux d’assainissement. En 2019, l’entreprise a poursuivi son plan d’action via l’installation de cellules étanches dans 32 postes de distribution publique et dans les nouveaux postes grands clients, afin de maîtriser le risque de coupure en cas de fortes pluies.

Concernant la qualité de ses chantiers, Lydec se fixe un niveau élevé d’exigence afin d’en limiter l’impact environnemental. L’entreprise met notamment en place des formations pour ses agents de terrain afin de diminuer le risque d’accidents pouvant engendrer un impact sur l’environnement. Une charte « chantier vert » visant à promouvoir les bonnes pratiques est également actualisée chaque année, et les chantiers sont régulièrement inspectés pour vérifier que les bonnes pratiques sont bien respectées. Lydec a également un projet de « Trophée du chantier exemplaire » afin de mobiliser au mieux ses collaborateurs et ses partenaires sur les enjeux majeurs des opérations de chantier, y compris les enjeux environnementaux.

Par ailleurs, Lydec met en œuvre plusieurs actions pour limiter l’impact environnemental lié à sa consommation d’eau, d’énergie, et de carburant à usage interne, et lié à la génération de déchets.

En 2020, Lydec poursuit ses interventions d’entretien et de préservation de l’étang El Oulfa, le site de l’ex-carrière « Schneider » et la seule zone humide du territoire de Hay Hassani (Casablanca) à ce jour.

Principales actions de la Fondation Lydec, et de ses partenaires, en faveur de la sensibilisation et l’éducation à l’environnement et au développement durable

Depuis son lancement en 2015, la Fondation Lydec a réalisé plusieurs actions et projets en lien avec son axe d’intervention « Environnement ».

En partenariat avec l’Association des Enseignants des Sciences de la Vie et de la Terre (AESVT), les  projets 3 E et 4 E du Grand Casablanca (« Education à l’environnement, par l’environnement, pour l’environnement ») ont été développés pour promouvoir des programmes d’éducation au développement durable et d’écocitoyenneté active au quotidien sur le territoire. Il s’agit notamment de mettre en œuvre des actions de sensibilisation et d’éducation à l’environnement au niveau des deux Centres d’Education à l’Environnement (CEE) de Casablanca et Mohammedia et des établissements scolaires du Grand Casablanca. Cela passe principalement par l’organisation d’évènements et la création d’outils de communication et de motivation. Plus de 63 000 personnes ont déjà été sensibilisées au niveau des deux CEE. Plus récemment, la Fondation Lydec a apporté son soutien à la « Semaine Verte », organisée par l’AESVT du 24 février au 1er mars 2020, visant à sensibiliser un large public à un sujet d’importance nationale et capitale : la réalité des forêts, des espaces verts et la sécurité alimentaire au Maroc.

En partenariat avec l’Association Recherche-Action pour le Développement Durable (ARADD), la Fondation Lydec a créé un espace expérimental d’agriculture urbaine de 1 600 m² regroupant plus de 80 espèces végétales irriguées par les eaux usées épurées de la Step de Médiouna. L’espace propose 7 zones de cultures, une pépinière, une zone de biodiversité et un espace de compostage. L’espace constitue un lieu de sensibilisation en faveur de la protection de l’environnement, du développement de l’économie circulaire et de l’adaptation aux effets du changement climatique (ex. stress hydrique), auprès de nombreuses parties prenantes : étudiants, riverains, associations, etc. Depuis son ouverture, il a accueilli plus de 2 200 visiteurs. En 2018, il a reçu le Prix Hassan II pour l’Environnement dans la catégorie « Initiatives des entreprises », et il a été intégré, en 2019, à la « Cartographie de l’action » de l’association internationale Climate Chance. Le 4 mars 2020, en marge de la 3e Édition du Forum du réseau des Femmes Journalistes d’Afrique, organisé par la chaîne télévisée 2M sous le thème « Urgence Climatique : Les Médias Africains, acteurs du Changement », près de 60 femmes journalistes du réseau « Panafricaines » ont visité la Step de Médiouna.

Enfin, le partenariat de la Fondation Lydec avec l’Alliance Marocaine pour le Climat et le Développement Durable (AMCDD) Casa-Settat permet de travailler sur la transition du territoire du Grand Casablanca vers une ville durable et intelligente, à travers des actions de plaidoyer et de mise en place de projets démonstratifs avec des associations civiles locales dans les domaines de l’environnement, du développement durable et des changements climatiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *