Un chantier d’envergure pour supprimer tous les rejets d’eaux usées sur la plage – Du Port de Casablanca à Mohammédia

Au cœur des enjeux nationaux et du développement durable, la protection de l’environnement constitue l’un des principaux défis urbains pour la prochaine décennie. A ce titre, le métier de l’assainissement liquide occupe le 1er rang des investissements de Lydec avec 37 % du total des montants investis depuis 1997, soit 4.137 millions de Dhs.


En 2011, Lydec a lancé le projet structurant de dépollution de la côte Est de Casablanca qui vient compléter le dispositif de protection des plages de la Corniche.

Ce chantier d’envergure représente le plus grand investissement de Lydec avec 1.700 millions de Dhs HT. Les ouvrages projetés visent à intercepter les rejets directs existants d’eaux usées situés entre le Port de Casablanca et Mohammedia, de les prétraiter et de les écouler à travers un émissaire marin. Ce système fonctionne déjà avec succès pour la partie Ouest de la ville dont les eaux usées sont interceptées et prétraitées à la station d’El Hank, ce qui a permis d’obtenir le Pavillon bleu pour la plage de Aïn Diab.

Objectifs du projet

Le projet anti-pollution du littoral Est de Casablanca a pour objectif de préserver l’environnement, l’écosystème côtier et l’hygiène publique. Il vise en particulier à :

– Protéger la population et le littoral du secteur Est de Casablanca de la pollution liquide due aux rejets d’eaux usées brutes, et notamment ceux en provenance des Industriels ;

– Améliorer le cadre de vie des habitants, revaloriser et embellir la façade maritime ;

Disposer de plages propres, contribuer à leur labellisation et restaurer ainsi le potentiel touristique de la zone ;

– Répondre aux nouvelles normes de rejet d’eaux usées dans le milieu marin ;

– Permettre le raccordement des eaux usées des nouvelles zones d’aménagement urbain sur les intercepteurs et éviter les rejets directs en mer.

Fonctionnement du système

Un système antipollution est composé de plusieurs ouvrages qui jouent chacun un rôle bien défini. Ainsi, le milieu récepteur est mieux protégé.
Un système antipollution comprend généralement les ouvrages suivants :

Rôle des intercepteurs :
Le rôle des intercepteurs est d’arrêter et de collecter les effluents rejetés par les égouts pour les acheminer ensuite vers une station de prétraitement. Ces ouvrages sont généralement accompagnés de stations de pompage et de déversoirs d’orage. Ceux-ci permettent de séparer les eaux usées des eaux pluviales pour les réseaux de type unitaire.

Rôle de la station de prétraitement :
Elle permet d’éliminer tous les déchets grossiers, les sables, les huiles et les graisses contenus dans les effluents urbains. Le débit prétraité est de l’ordre de 11 m3/s.

Rôle de l’émissaire marin :
Il doit éliminer les eaux usées pour ne pas altérer les côtes. Selon les normes internationales, la zone s’étendant le long des plages et atteignant jusqu’à 300 à 350 mètres à l’intérieur de la mer doit être protégée contre tout risque de pollution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *