Opération d’inspection des réseaux d’assainissement par caméra

Lydec réalise un vaste programme de diagnostic de son réseau d’assainissement à Casablanca. D’ordre préventif ou curatif, ces diagnostics font appel à des outils spécifiques. Ainsi, Lydec utilise différents types de caméras adaptées à chaque objectif d’inspection. Zoom sur les outils employés par les opérateurs Lydec.

cam1

Depuis le début des années 2000, Lydec mène un programme ambitieux d’inspection des réseaux d’assainissement. Outils majeurs de ce programme, les caméras d’inspection permettent de réaliser un diagnostic efficace des conduites et des regards de canalisation. Une condition sine qua non d’une évaluation optimale des travaux et des investissements à engager.

Diagnostic préventif

Le préventif est le premier genre de diagnostic qui peut être effectué grâce aux caméras. Depuis 2012, Lydec a entamé ce type de diagnostic en lançant le programme Diagrap (Diagnostic rapide). Ce programme s’appuie sur les caméras d’inspection et permettra, à l’horizon 2020, de balayer l’ensemble du réseau d’assainissement de Casablanca.
Une fois ce programme achevé, une cartographie de l’état des lieux de l’assainissement à Casablanca sera finalement dressée. Selon Ilham Ennaouri, Chef de service Diagnostic & Inspection par Caméra des Réseaux d’Assainissement, « le programme DIAGRAP consiste à balayer l’ensemble du réseau d’assainissement casablancais afin d’élaborer une carte de santé de ce réseau. Nous avons également déployé un programme préventif de réception des travaux neufs et de réhabilitation des réseaux. », a-t-elle déclaré.
Avant la réception définitive des travaux cités, Lydec mène des essais d’étanchéité et d’écoulement pour vérifier le fonctionnement hydraulique du réseau. Utilisant également des caméras d’inspection, ceci permet de vérifier l’état de structure du réseau et de s’assurer si les conduites ont été posées conformément aux plans initiaux.
Dans la même démarche préventive, le projet tramway a été accompagné par une large campagne de diagnostic du réseau d’assainissement avoisinant ou passant au-dessous de sa plateforme en 2011. En effet, 46 kilomètres de réseau a été diagnostiqué en cours des travaux de sa déviation ou renouvellement permettant d’établir une carte de santé du réseau avant la mise en service du tramway et suivre son évolution.

Diagnostic curatif

Concernant le diagnostic curatif, il obéit au schéma directeur du réseau Lydec qui s’étale de 2010 à 2030. Ainsi, chaque année, un certain kilométrage de réseau à renouveler est priorisé. Ce programme de renouvellement étant déjà établi dans le schéma directeur, le service Diagnostic & Inspection par Caméra des Réseaux d’Assainissement se charge de vérifier annuellement l’avancée des travaux. Au fur et à mesure, les priorités de renouvellement sont revues.
La finalité du diagnostic est pertinente : optimiser les investissements de Lydec et actualiser les objectifs de ce type de diagnostic de manière régulière. « Cela permet d’intervenir à chaque fois dans des zones qui sont prioritaires, Lydec s’assure qu’elle investi le bon dirham au bon endroit et au bon moment », souligne Ilham Ennaouri.
L’ensemble de ce programme est exécuté par les caméras d’inspection. L’utilisation de cette technologie permet aussi de détecter certains branchements ou raccordements de réseau inaccessibles.
Ces éléments étant parfois difficiles, voire impossibles à repérer à l’œil nu, les caméras sont les seuls outils capables de les diagnostiquer. « Par exemple, la caméra téléguidée est introduite via un regard et parcourt tout le linéaire de conduite jusqu’au raccordement. Cela nous permet d’orienter le sondage et de détecter certaines anomalies. En somme, il s’agit d’un outil indispensable. » Précise le chef de service.

Les inspections par caméra

cam2

cam3

cam4

Les inspections par caméra font partie des moyens de diagnostic des réseaux d’assainissement pour évaluer l’état de dégradation des canalisations. Les types de caméra diffèrent selon les types d’inspection : l’inspection télévisée, périscopique et ombilicale. Il existe également une méthode d’inspection pédestre. Comme son nom l’indique, cette dernière est effectuée dans les canalisations très larges permettant aux employés d’y pénétrer et de les inspecter directement.
En ce qui concerne l’inspection périscopique, elle s’effectue avec une caméra dotée d’une perche qu’on peut introduire dans le regard. Grâce à son zoom, cette caméra peut prendre des photographies qui sont exploitées par la suite pour effectuer le diagnostic.
Par ailleurs, l’inspection télévisée consiste en un robot téléguidé doté d’une caméra à tête rotative. Appelée également caméra télévisée, elle permet de filmer tout le linéaire des canalisations grâce à des techniques très pointues. En effet, ce type de caméra nécessite l’intervention d’un Opérateur d’inspection, chargé de manipuler le robot, et d’un Chargé d’inspection qui contrôle la régie mobile.
Concernant la caméra ombilicale, ou télescopique, elle est destinée spécialement à l’inspection des branchements. Il s’agit d’une caméra poussée par câble sur un jonc. Les images captées par ce type de caméra sont recueillies par une unité de contrôle mobile.
Enfin, toutes ces inspections répondent à plusieurs objectifs : un objectif général de diagnostic préventif ou curatif, et selon chaque cas, des sous-objectifs spécifiques. Un exemple de clairvoyance de la part des équipes du terrain.

Ce contenu a été publié dans Notre actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.