Lydec veille chaque jour sur la qualité de l’eau potable et poursuit la modernisation du réseau de l’eau du Grand Casablanca

Une information relative à l’acceptation par le tribunal administratif de Casablanca d’une plainte déposée contre Lydec, il y a un an, par un élu du Conseil de la Ville de Casablanca, a été récemment relayée par quelques médias et dans les réseaux sociaux.

Cette plainte est basée sur le rapport de la Cour Régionale des Comptes, édité en 2009, qui avait noté « l’existence de quartiers à Casablanca dans lesquels l’eau potable distribuée pouvait présenter une apparence rouge ».

Pour rappel, Lydec avait déjà apporté à la Cour des Comptes les éléments de réponse (1) correspondants qui permettent de confirmer la totale qualité de l’eau distribuée dans le périmètre de la gestion déléguée. Ceci est étayé par le rapport de la Délégation du Ministère de la Santé qui met en évidence « la bonne qualité de l’eau distribuée à Casablanca pour l’alimentation humaine vis-à-vis des exigences de qualité microbiologique et physico-chimique ». Lydec a en outre confirmé son engagement à poursuivre son programme d’amélioration (goût métallique, coloration, turbidité…) de l’eau distribuée.
Lydec, qui est le distributeur sur le périmètre de la gestion déléguée de la Wilaya du Grand Casablanca, a toujours été consciente des enjeux de la santé publique et très engagée pour être à la hauteur de la confiance de ses clients. Ses équipes veillent 24H/24 sur les infrastructures, la qualité des ressources délivrées et le service.
Par rapport à ce point précis, de nombreuses actions ont été entreprises par Lydec, en relation avec la collectivité, pour réduire la présence d’eaux rouges dans les réseaux de la ville de Casablanca :
• un investissement de près de 140 Mdh sur les 4 dernières années, dans le renouvellement des conduites les plus anciennes dont celles en fonte grise, soit plus que son programme prévisionnel contractuel ;
• la mise en place d’une équipe spécialisée, dotée d’un camion laboratoire, qui intervient pour chaque réclamation qualité (réclamation pour des problèmes de goût, de couleur, d’odeur) ;
• la création d’un laboratoire de diagnostic des conduites d’eau, en reprenant l’expérience des laboratoires de Suez Environnement à Paris, Bordeaux, Barcelone et Alger.
Les résultats de ces études, combinés à l’analyse des historiques de casse de réseau et aux enquêtes qualité eau, permettent d’arbitrer sous le contrôle de l’autorité délégante les priorités de renouvellement des réseaux d’eau potable.

______________________________________________________________________________

1| Les conclusions du rapport de la Cour Régionale des Comptes de Casablanca, ainsi que l’ensemble des réponses fournies par Lydec ont été publiées sur les réseaux sociaux le 25 avril 2011 Ils sont toujours consultables sur « Réponses de Lydec transmises à la Cour suite à ses observations »

Ce contenu a été publié dans Notre actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.